Problématique versus hyperproblématique

Nous sommes au Seuil de notre mondialisation[1] planétaire et il se présente une nouvelle difficile et complexe Situation mondiale et ça nous donne, aussi sur l’horizon du prochain avenir collectif, une nouvelle grande Crise socio-économique environnementale et politique ; elle est d’une complexité sans précédente, suivant respectivement nos mondialisations locales, régionales et continentales.

Nous sommes au début de cette grande Crise mondiale planétaire et il tarde déjà de trouver une Alternative de solution d’ensemble plausible afin de permettre aux gens de nos diverses populations de la surmonter concrètement sur le terrain de leurs divers milieux de vie immédiats et attenants.

La sécurité ou l’Équilibre socio-économique environnementale et politique est remise en question par notre fonction de mise en valeur ou de l’exploitation des ressources de l’Environnement. Non seulement pour le bien-être de chacun, mais aussi pour ce que nous devrons être en tant que des personnes humaines et relativement en tant éléments humains effectifs efficaces pour actualiser notre monde face à son  prochain avenir mondial, dans lequel nous devons plus que jamais affronter les grandes incertitudes sociales, économiques, environnementales et politiques de cet avenir, faisant déjà partie de notre réalité. Notre bien-être personnel, notre conscience d’être et de plus en plus notre rôle d’être autant qu’individuellement que collectivement, dépendent réciproquement d’un tel équilibre socio-économique environnemental et politique relativement planétaire :

 

Sur le plan social : les problèmes sont nombreux reliés à cette tendance d’une mauvaise individualisation de la personne humaine. Qu’elle soit du à un certain égocentrisme d’une part ou à la réclusion de la personne qui s’appauvrir d’une manière chronique d’autre part: ce phénomène nous conduit de plus en plus vers l’affaiblissement et la disparition des liens familiaux, l’agrandissement de l’écart entre les pauvres et les riches ; qui fait la loi: du chacun pour soi et adviendra que pourra, la dégradation des relations du travail, l’affaiblissement des services gouvernementaux, la réclusion des populations, etc. Il y a une tendance lourde à la détérioration de nos sociétés diverses et relativement de notre société en générale, s’il y a société mondiale… Que serait la personne humaine sans une saine société ? Le danger est présent, si nous considérons seulement nos indices socio-économiques actuels. En fait, actuellement nous assistons à notre appauvrissement social relatif. Il y a urgent besoin d’intervenir sur le plan social, mais comment le faire ? Comment construire une société saine pour permettre aux gens de développer pleinement leur intégrité personnelle relative ?

 

 

Sur le plan économique : les biens et services produits reflètent de moins en moins l’établissement, le maintien et l’évolution des structures de fonctionnements organisationnels sociales des personnes afin d’assurer à ces dernières, pas seulement l’immédiat, mais aussi la pérennité de leur sécurité, de leur santé, de leur bien-être, de leur épanouissement et surtout de leur conscience d’être, et, davantage surtout dans ces nouvelles conditions de mondialisation planétaire. Relativement les investissements de cet ordre économique sont de plus en plus à haut risque, ce qui freine l’économie qui tend lourdement vers le coincement global de notre activité humaine et encore surtout de son évolution. En fait, nous assistons à une tendance lourde de notre appauvrissement économique. Il y a un urgent besoin de consolider l’Économie, mais comment le faire ? Comment construire une nouvelle confiance entre les partenaires de la chaîne économique de la prospérité ?

 

Sur le plan environnemental : la dégradation ou le gaspille des sols, des eaux, des airs et des énergies, créant conséquemment une lourde tendance à de grandes pénuries de ressources naturelles, car le dynamisme de l’Environnement étant le seul producteur de ces ressources naturelles. Ce qui fait que les gens vivre de plus en plus dans une écologie médiocre  ou de moins en moins rassurante au niveau de l’équilibre écologique de leurs divers milieux de vie et cela malgré les efforts et les avancements technologiques actuels. En fait, nous assistons à une tendance lourde d’appauvrissement environnemental. Il y a un urgent besoin de sauvegarder notre environnement, le seul producteur des ressources naturelles, mais comment le faire ? Comment inverser cette tendance lourde vers le point de non-retour que les scientifiques nous annoncent ou contrer d’une manière logique et pratique le dynamisme de notre Monde vers son entropie ou éviter cette limite dans laquelle plus rien ne peut bouger ou se mouvoir et pour finalement disparaître à jamais ?  

 

 

 

Sur le plan politique : les coincements politiques s’accumulent, les politiciens ne parviennent plus à instaurer de vrais cadres d’actions pour que les gens puissent réellement se préparer relativement face à ces nouvelles conditions d’avenir prochain. Les gens doutent même de leur avenir et surtout de l’avenir de leurs sociétés immédiates et même de la société mondiale de par le fait d’un manque de politiques relatives. Le pire des dangers, c’est que le sentiment d’obsolescence qui gagne actuellement les gens, les amène à croire réellement en leur incapacité à améliorer et à changer les choses de leur monde immédiat et planétaire afin de s’assurer de par eux-mêmes leur équilibre socio-économique environnemental et politique. Et cela, toujours dans le but se garantir toujours un monde meilleur dans lequel il fera toujours bon de vivre, non seulement pour eux-mêmes dans l’immédiat, mais aussi pour les prochaines générations d’eux-mêmes, dans lesquelles leurs divers esprits puissent continuer réellement de vivre et de se perpétuer afin de rester d’actualité dans le maintien et l’évolution de notre monde du genre humain. En fait, nous assistons à une tendance lourde de l’appauvrissement politique. Il y a un urgent besoin de recadrer nos champs politiques, mais comment le faire ? Quelle politique d’ensemble qu’il nous est nécessaire de mettre en place afin de donner un cadre d’actions aux gens afin que ces derniers puissent sur leurs terrains respectifs surmonter cette difficile et complexe Situation socio-économique environnementale et politique et relativement cette grande problématique de l’exploitation des ressources de l’Environnement en fonction de l’augmentation des populations au Seuil de notre mondialisation planétaire?

 

 

En résumé, nous constatons un profond et dangereux malaise mondial planétaire. Et pratiquement en proportionnalité, nous assistons actuellement à un dangereux déséquilibre socio-économique environnemental et politiqueaccéléré, par le fait que nous n’explorons et n’exploitons pas les ressources de l’Environnement d’une manière logique, étendue et équilibrée afin de maintenir l’équilibre de nos écosystèmes dans une perspective d’avenir d’un réel équilibre socio-économique environnemental  et politique planétaire ou d’une réelle homéostasie planétaire de l’Activité humaine.

 

 

Certes, le changement fait partie de la vie, mais le phénomène d’accélération du déséquilibre que nous anticipons ici et même que nous commençons réellement à assister par l’avènement de certains indices de localité et de globalité planétaire, démontre de plus en plus ces grands dangers à lesquels nous faisons face maintenant et surtout pour le prochain avenir. De plus, il est de plus en plus démontré scientifiquement que nous sommes une des causes principales de ce déséquilibre accéléré socio-économique environnemental et politique, aujourd’hui planétaire, dû à une certaine course effrénée à la consommation, mais surtout à une consommation mal orientée dans une telle perspective de mondialisation planétaire.

 

 

Si nous sommes capables d’identifiés et de mesurés des indices de globalité planétaires et de déceler par le fait même une accélération de déséquilibre socio-économique environnemental et politique ; la question maintenant est de savoir où ce situe le prochain équilibre socio-économique environnemental et politique par rapport à notre ancien équilibre socio-économique environnemental et politique, de même que par rapport à notre déséquilibre socio-économique environnemental et politique accéléré de maintenant.  

 

Si nous sommes forcés actuellement de réaliser un changement majeur dans notre manière d’exploiter les ressources de l’Environnement, il nous est essentiel d’une manière urgente de savoir sur quel nouvel établissement socio-économique environnemental et politique nous devons essentiellement parvenir. De plus, qui devra nous assurer ou garantir jusqu’à un certain point un nouvel équilibre socio-économique environnemental et politique pour que notre monde nous présente des conditions dans lesquelles il nous serait encore meilleur de vivre, et cela d’une manière encore plus sécuritaire ?

 

Ainsi nous avons deux efforts considérables à faire. Le premier, nous devons faire l’élaboration du projet de notre future Situation d’équilibre socio-économique environnementale et politique et l’autre, faire l’élaboration d’une grande stratégie pour réaliser en même temps; le freinage de l’accélération actuelle de notre déséquilibre socio-économique environnemental et politique et notre préparation socio-économique environnementale et politique afin de nous donner le moyen de réaliser ce tout nouveau équilibre socio-économique environnemental et politique. Et puis enfin, parvenir à consolider économiquement les conditions pour le maintenir ce nouvel équilibre mondial et de le faire évoluer avec une certaine maîtrise socioculturelle d’ensemble en milieux écosystémiques.

 

En quelque sorte, c’est l’avenir de chacun et de nous tous ensemble réciproquement.  Il n’y a vraisemblablement pas bien d’autres alternatives de solution d’ensemble pour notre monde de maintenant au Seuil de sa mondialisation planétaire.

 

Les gens de nos diverses nations doivent faire face à leurs différentes situations de déséquilibre accéléré socio-économiques environnementales et politiques en mettant en place une stratégie à deux volets :

 

Un volet pour rééquilibrer les composantes de l’offre des services et des biens socio-économiques environnementaux et politiques,

 

Et, un volet de réajustement de la demande des services et des besoins socio-économiques environnementaux et politiques des gens en leurs divers milieux de vie immédiats et attenants au niveau de l’offre relativement.

 

 

Le rééquilibre des composantes de l’offre doit autant que possible tenir compte des nouveaux besoins métatechnologiques relatifs aux interventions socioculturels des gens en leurs milieux de vie immédiats et attenants et de même que des disponibilités domestiques, des coûts de production et de la sécurité des approvisionnements.

 

En général, les nations doivent avoir des visées stratégiques pour renforcer l’aspect socioculturel de leurs diverses collectivités de personnes et relativement leur aspect économique dans un sens à ce que les gens sous une forme socioculturel relative, puissent intervenir d’une manière efficace, afin de s’assurer de par eux-mêmes l’équilibre des potentiels écologiques et environnementaux respectivement en leurs milieux de vie immédiats et attenants.

 

Les objectifs sociaux, économiques, environnementaux et politiques et même culturels et technologiques à la limite, sont ceux de développer des structures de fonctionnements organisationnelles socioculturels qui permettraient aux gens de réaliser de nouvelles entités socioculturelles économiques ou de réelles Unités socio-économiques environnementales (USÉEs). Ces entités devront être capables de développer diverses efficacités d’exploration et d’exploitation des ressources de l’Environnement des différents potentiels écologiques de leurs écosystèmes ou de leurs milieux de vie immédiats et attenants.  Ces différents potentiels écologiques qui seraient respectivement leurs objectifs écologiques et environnementaux pour non seulement assurer leurs propres bien êtres et leurs consciences d’être relativement pour toujours avoir un monde meilleur, mais aussi d’assurer l’intégrité sociale mondiale, l’équilibre du dynamisme de l’Environnement et la consolidation de l’Économie planétaire. 

 

 

Ainsi, selon ces objectifs globaux, il s’avère plus facile de déterminer les objectifs politiques nationaux relativistes pour mieux réaliser les réajustements de la demande. Qui se ferait en insérant cette contrainte socioculturelle économique environnementale dans les politiques d’ajustement de développements industriels de productions et de transports, et dans celles d’ajustement de l’aménagement des territoires, et dans celles pouvant modifier le comportement du citoyen consommateur par le biais de politiques relatives des prix, d’incitations fiscales et de campagnes de sensibilisation face à leur besoin d’intervention socioculturel efficace en leurs divers milieux écologiques de vie immédiats et attenants.

 

Si nous regardons l’état de notre monde planétaire, voire l’État de notre planète ; nous, nous tentons depuis d’intervenir simplement d’une manière industrielle. Mais, les industries ne sont pas dans une position d’intervenir efficacement, quelle que soit leur importance en ces milieux écologiques de vie immédiats et attenants, elles sont de type d’intervention sectorielle selon leur spécialité propre, elles ne peuvent faire autrement pour la seule raison de rentabilité financière et relativement de survie de l’entreprise elle-même. C’est la nature propre de l’entreprise industrielle dite moderne et il en sera encore longtemps ainsi.

 

De ce constat, il faut en conclure, qu’actuellement nous ne sommes pas à la hauteur pour intervenir efficacement dans cette dimension socio-économique environnementale et politique, à la mesure d’une mondialisation planétaire.

 

Cette dimension socio-économique environnementale et politique planétaire est notre grand Enjeu pour notre avenir à tous, autant sur le plan individuel que collectif.

 

Pour pouvoir réussir réellement à surmonter notre grande Crise mondiale planétaire ou construire notre dimension socio-économique environnementale et politique planétaire il nous faut réussir à nous préparer à maîtriser ce nouvel espace de notre Monde.

 

Donc il nous faut nous préparer pour ce nouvel avenir… et il nous faut répondre aux grandes questions suivantes :

 

La première ; Sommes-nous prêt pour ce nouvel avenir ?

 

Je réponds ici non…

 

Mais par contre nous avons tout ce qu’il nous faut pour nous y préparer…

 

La seconde grande question est ; Qu’est-ce qu’il nous faut préparer et Comment allons-nous faire ?

 

Et la troisième grande question est ; Pourquoi se donner cette grande peine ou faire cet énorme effort de préparation globale ?

 

 

Le présent document et les subséquents tenteront de démontrer la faisabilité de ce métaprojet de préparation de notre Monde face à son avenir de mondialisation planétaire.

 

Alors, les mots d’ordre à retenir pour notre avenir :

 

         Nous préparer pour ce nouvel Avenir de mondialisation planétaire

 

Un Grand sursis nous est accordé… afin de créer cette synergie mondiale planétaire. Nous avons besoin d’une meilleure perception de notre Monde et aussi savoir quoi faire pour ajuster notre devenir face à notre avenir…

 

 

Les données statistiques de notre métaproblématique

 

 

 



[1] «Mondialisation» = Étendue de l’Activité humaine et ses limites.

Laisser un commentaire