Liberté des personnes

Qu’est-ce qu’une personne ?

Que signifie le terme «personne» ?

Et qu’est-ce que la liberté d’une personne et en occurence des personnes ?

Dans notre contexte colibérale nous avons besoin de bien préciser le terme «personne», car il est d’une importance fondamentale. Il y a trois aspects à bien discerner dans ce que nous devons penser de ce que doit être une personne. Une personne est avant tout un être vivant, qu’il soit une femme, un homme ou tout autre être ou entité vivante. Cette être vivant doit être doté d’un esprit et d’une âme.

Nous ne sommes pas des personnes à nos naissances, nous devons en tant qu’êtres naissants au départ, devenir des personnes. Et comment devenons-nous des personnes ? Nous devons être former dans nos trois aspects qui fait qu’un jour nous devenons des personnes libres.

Le premier aspect de notre personne est que nous naissons comme des êtres biologiques et nous nous développons ainsi en grandissant jusqu’à nous devenons un adulte formé physiquement. Ceci est le premier aspect de notre formation.

Le second aspect de notre personne est la formation de notre esprit dans chacun de nos cerveaux. Normalement nos parents nous mettent au monde, nous affectionnent, nous inculquent leurs valeurs conjuguées, nous éduquent et parfois nous instruisent et nous conduisent à l’école pour nous faire parachever notre éducation et notre instruction. C’est ainsi que chacun de nos divers esprits est former dans chacun de nos cerveaux. Ainsi un jour nous nous mettons à penser par nous même et nous devenons des personnes libres. Chacun de nos esprits ainsi formés de valeurs deviennent des processeurs de pensées.

Mais devenir une personne n’est pas suffisant, il est essentiel de maintenir cet état d’être une personne; alors pour celà, nous devons former en chacun de nous une âme ou une mémoire d’être. Chacun de nos esprits se doivent de se rappeler de se qui est, sinon impossible de rester une personne. Alors chacun de nos esprits mémorisent chacun de nos divers vécus qui forment nos âmes ou nos mémoires d’êtres différents et même le sens de nos libertés de personnes.

Alors tous ces processus de formations de chacun de nos corps, de nos esprits et de nos âmes sont les réels liens entre les générations. Un jour chacun de nous met des enfants au monde et nous devons leur transmettre nos valeurs conjuguées pour former leurs esprits en chacun de leurs cerveaux. Ainsi nous sauvegardons nos âmes dans les générations futures. Nous avons une seule vie pour améliorer et adapter nos âmes; si nous ne faisons pas nous nous sanctionnons nous même dans les coeurs de nos enfants, c’est nous même qui nous nous anéatissons. Nous ne vivons pas toute une vie pour rien. Chacune de nos âmes sont immortelles dans cette condition de respecter l’évolution de nos liens génarationnels.

Sans cette connaissance profonde de la personne et de ses liens générationels, les autres domaines de notre Monde; social, économique, environnemental et politique non pas d’importance réelle.

Nous devons avoir des politiques pour développer et maintenir les libertés des personnes et celles de leurs familles. Nous devons avoir des politiques pour lutter contre toutes les formes d’anéantissement des personnes, surtout de l’anéantissement de leurs esprits et de leurs âmes. La pauvreté, les drogues, les abus de toutes sortes, les décrochages, l’insécurité, etc. sont tous  des maux qui détruisent nos esprits,  nos âmes et nos familles.

Ainsi une personne est une valeur fondamentale en notre Monde et va de paire avec le sens de la responsabilité; nous devenons en devenant une personne un être responsable. De plus, en devenant des personnes nous devenons des êtres conscients capables de jouer des rôles importants en notre Monde. Nous devrons de plus en plus à l’avenir assummer ce «rôle-d’être». Nous devrons apprendre à bien discerner les termes « être », bien-être et mieux-être du terme «rôle-d’être ». Actuellement nous orientons l’Économie, le Développement et l’Industrie pour répondre aux besoins du mieux-être, mais si nous voulons pousuivre en notre Avenir, nous devrons développer l’Industrie du «rôle-d’être». Voilà le grand défi que nous devons entreprendre actuellement. Mais celà consiste en quoi ce tout nouveau projet. C’est dans le Projet d’Établissement d’une Société du troisième type que nous pourrons retrouver la matière de ce tout nouveau grand Défi. Il y a en cette matière une continuité économique aux termes de notre Société du deuxième type à laquelle nous nous assujettissons encore actuellement.

Dans ce nouveau type de société, la personne pourra étendre sa liberté en étant un être ou un individu ayant une identité pluridisciplinaire. C’est-à-dire, une identité à la fois culturelle, libérale et nationale; entre autres disciplines. Mais cette identité pluridisciplinaire ne peut-être exercer qu’en différée ou une à la fois. Voilà les libertés colibérales qu’une personne  pourra accéder en faisant partie d’une société du troisième type. L’Option colibérale présente une structure politique ou une constitution politique nouvelle institullée: Constitution conjugaliste pour former les États conjugués d’Amérique ou l’ÉCA. Dans cet État politique nouveau les gens pourrons vivre ces libertés d’une manière plus étendue et plus circonscripte.

 

 

 

 

Texte à venir

Laisser un commentaire